2020 All rights reserved Ratel Roche & Associés Ⓒ - 25 Rue Saint-Didier 75116 Paris, France - CONTACT@bearcub.fr

Les réseaux sociaux et les différences : vers l’acceptation de soi

« Plus la diversité est affichée…plus elle sera célébrée »

Une pratique du selfie courante voire envahissante, avec elle des filtres qui sont censés “sublimer” ils lissent la peau, réduisent la taille du nez, agrandissent le regard et rendent le teint parfait.

Ils mettent donc en place des standards de beauté imposant donc un diktat esthétique. Les réseaux sociaux peuvent de ce fait, à la fois exacerber un mal-être et tout aussi bien mener à la réappropriation de soi. 

Immisçons-nous alors aujourd’hui à l’intérieur de ce phénomène controversé afin d’en comprendre tous les aspects.

1/  L’utopie d’un consensus esthétique

Depuis l’émergence des réseaux sociaux, des images faussées des standards de beauté et des modes de vie ont commencé à être véhiculées afin d’être toujours plus “instagrammable” et améliorer son capital social en ligne. Les images améliorées grâce aux filtres prêtent à nous inspirer peuvent s’avérer néfastes à l’image que nous renvoie nos propres quotidiens. Des effets négatifs sont perçus sur l’estime de soi et notamment sur la perception de l’image des jeunes femmes . Effectivement, les femmes sont plus vivement touchées par les standards de beauté, car elles sont idéalisées avec des formes corporelles telles que des hanches larges, un ventre plat ou encore un visage parfaitement dessiné. 

Mais les hommes n’échappent pas au fléau, ce sont l’ensemble de leur muscles du corps qui doivent être modelés à la perfection. Les différents médias nous bombardent donc constamment d’images et de messages qui renforcent l’importance que l’on accorde à l‘apparence et le besoin de correspondre à des critères de beauté spécifiques et irréalistes !

Dès lors, des phénomènes de dysmorphie sont perçues chez certains utilisateurs, c’est précisément ce qu’à révélé le journal britannique The Independent, avec des demandes chez le chirurgien d’opération dans le but de ressembler à sa version numérique ! 

Et ces comportements ne sont jamais bénéfiques, le fait de se comparer aux autres peut avoir des incidences sur l’évaluation que nous nous faisons de nous-mêmes.

Néanmoins, en France depuis 2017 toute photos à usage commercial de mannequins dont l’aspect a été retouchés doit être accompagnée de la mention “photographie retouchée”. Alors vers l’interdiction totale des filtres aux influenceurs tout comme au Royaume-Uni

 Dans tous les cas nous sommes certains d’une chose, s’aimer soi-même est la plus belle des révolutions.

2/ Vos différences, vos forces : le body positive une réponse coup de poing

Des cuisses jugées trop grosses ou des vergetures sur des photos mises en ligne et c’est un déferlement de commentaires humiliants. Cette pratique est de plus en plus courante sur les réseaux sociaux, c’est le body-shaming. Elle consiste à se moquer, voire humilier, le corps de célébrités, mais aussi d’inconnu(e) s, qui ont posté des photos sur ces supports ou qui y ont vu passer des clichés d’elles à leur insu. Et, près d’un français sur trois dit en avoir été victime

Et là, la réponse à ce phénomène fut impressionnante et n’aurait pas pu toucher un aussi grand nombre de personnes sans les réseaux sociaux ! Place au body positive qui a pour but de représenter les femmes dans toute leur pluralité et les aider à davantage accepter leurs corps face aux diktats de beauté de notre société.

 Ce mouvement est activement relayé grâce à nos chères influenceuses telles The Ginger Chloé, Tania Makeup Plus ou encore Stephanie Yeboah. Ces influenceuses s’aiment et nous aident à s’aimer, et ça fait du bien ! 

De plus, des personnalités font preuve d’un immense courage pour affronter ces critiques et partagent leurs réussites sur leur réseaux sociaux. C’est le cas de Winnie Harlow, nouvelle muse de la mode, cette mannequin s’est imposée dans le monde de la mode avec son vitiligo, une maladie qui a provoqué la dépigmentation partielle de son épiderme. 
Pour elle, son histoire est peinte sur son corps et elle en fait sa force. Et voilà un beau message d’histoire que l’on pourrait résumer ainsi : aimez-vous comme vous êtes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

d

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis ultricies nec